Comment préparer le thé comme à la cour royale du XVIIe siècle

27/12

PARTAGEZ:
 

RECETTE

“Prenez une pinte(1) d’eau et la faites bouillir. Puis vous mettrez un demi gros de thé ou bien deux pincées, et les retirez aussitôt du feu, car il ne ne faut pas qu’il bouille.” (d’où l’expression : thé bouillu, thé foutu).

“Vous le laisserez ainsi reposer et infuser le temps de deux Pater(2), puis vous le servirez avec du sucre en poudre sur une pourcelaine afin que l’on y en mette à discrétion.”(porcelaine en vieux français)

 

GLOSSAIRE et ANECDOTE

(1) une pinte (à cette époque) = environ un litre

(2) un pater = un pater noster (latin) (terme venant du christianisme. Le “pater noster” = la prière du “notre père” : Pater noster, qui es in caelis / Notre Père qui es aux cieux sanctificetur nomen tuum / que ton nom soit sanctifié adveniat regnum tuum / que ton règne vienne, fiat voluntas tua / que ta volonté soit faite sicut in caelo et in terra. /  sur la terre comme au ciel. Panem nostrum quotidianum / Donne-nous aujourd’hui da nobis hodie / notre pain de ce jour, et dimitte nobis debita nostra / pardonne-nous nos offenses  sicut et nos dimittimus / comme nous pardonnons aussi  debitoribus nostris / à ceux qui nous ont offensés et ne nos inducas in tentationem / et ne nous soumets pas à la tentation  sed libera nos a malo. / mais délivre-nous du mal. Amen. / Amen.

(Source : Recette historique tirée du livre “Mémoire gourmande de Madame de Sévigné” (préfacé par Bernard Loiseau) + livres anciens du XVIIe siècle sur aicmc.fr .)

Marie de Rabutin-Chantal, marquise de Sévigné, plus connue sous le nom de Madame de Sévigné, est une épistolière française, née le à Paris et morte le au château de Grignan (Drôme).

Traités nouveaux et curieux du café, du thé et du chocolate, Lyon 1685 par Philippe-Sylvestre DUFOUR. (410 pages)

Louées pour leurs vertus médicales et thérapeutiques, les boissons dites «exotiques» (café, thé et chocolat), introduites au XVIIe siècle en Europe, ont été associées aux plaisirs et aux sociabilités du XVIIIe siècle.

Ce que l’on disait du thé à cette époque :

“Le thé vient du royaume de Siam, et préparé comme ci-dessus, ses propriétés sont d’abaisser les fumées du cerveau, de rafraîchir et de purifier le sang. Il se prend ordinairement le matin, pour réveiller les esprits et donner de l’appétit, et après les repas pour aider à la digestion”.

   

smsurhaut6 968 vuessmsurbas

Translate »
X